Stratégies des Jeux de Casino
Image: Histoire du Comptage de Cartes

Histoire du Comptage de Cartes

Les premiers systèmes simples de stratégie et de comptage de cartes ont été inventés dans les années 1950.

On n’a pas vraiment porté attention à ces systèmes jusqu’aux années 1960, lorsqu’à ce qu’un professeur de mathématiques du nom d’Edward O. Thorp publie un livre intitulé « Beat the Dealer ». Ce livre montre au public qu’il est possible pour le joueur intelligent d’avoir un réel avantage sur le casino au Blackjack. Le livre présente un système simple de comptage de cartes pour se tenir au courant du ratio de cartes fortes et de cartes faibles dans le jeu.

L’un des systèmes de comptage de cartes les plus populaires est le « système Hi Lo ». Ce système relativement simple permet au joueur de tenir un compte des cartes et de changer sa manière de miser afin de profiter d’un compte qui l’avantage.

Le Blackjack diffère des autres jeux de casino en ce que les jeux passés peuvent affecter les jeux futurs. À la roulette, le tour de cuvette actuel n’est aucunement affecté par les tours précédents. Au Blackjack, les cartes qui vous sont données sont en fonction des cartes déjà données. Si beaucoup de cartes faibles ont déjà été distribuées, il reste donc dans le sabot un nombre inhabituel de cartes fortes et ceci est à l’avantage du joueur pour certaines raisons.

  • Le croupier doit continuer à tirer jusqu’à ce qu’il atteigne ou dépasse 17 et s’il reste beaucoup de cartes fortes, les probabilités qu’il dépasse 21 sont plus grandes, et s’il dépasse 21, c’est vous qui gagnez.
  • S’il y a beaucoup de figures dans le sabot, il y aura plus de mains idéales (17-21) qui seront données.
  • Avec une main totalisant 9,10 ou 11, le croupier ne peut pas doubler avec un sabot rempli de figures, mais vous le pouvez.
  • Comme un Blackjack paye 1,5 - 1 au joueur et seulement 1 - 1 au croupier, le joueur a plus à gagner s’il y a beaucoup de cartes fortes dans le sabot et les Blackjacks sont alors plus probables.
  • Le joueur peut rester sur certaines mains lorsqu’il sait qu’il y a beaucoup de cartes fortes dans le sabot.